6 conseils pour apprendre le thaï rapidement

6 conseils pour apprendre le thaï rapidement

 
Beaucoup de personnes ayant commencé à apprendre le thaï se disent très vite voire trop vite «cette langue est trop difficile! C’est impossible! Je ne l’apprendrai jamais!»
Si vous voulez apprendre le thaï ou si vous allez en Thaïlande, je ne veux pas que vous soyez comme la plupart des expatriés. Au lieu de cela, je veux que vous expérimentiez un aspect différent de la Thaïlande, à travers sa langue, sa culture, que la plupart des expatriés ne font jamais. Je peux vous aider pour cela, car je suis quelqu’un d’obstiné qui a lutté contre les monosyllabes glissants du thaï au cours des deux dernières années.
 
Voici mes conseils pour ceux et celles qui voudraient aussi apprendre cette langue fascinante.
 

1. Bien apprendre les bases

Engagez-vous dans un cours de langue pour débutants avec de préférence un locuteur natif comme professeur et apprenez bien les bases. Le thaï est une langue avec une phonologie différente de la langue française que vous risquez d’oublier rapidement tout ce que vous avez appris peu de temps après. C’est pour cela que j’ai trouvé intéressant de passer du bon temps avec un locuteur natif qui pouvait m’apprendre les phonèmes individuellement qui sont en fait, les éléments de base de la phonétique de la langue.
L’apprentissage des phonèmes thaïlandais impliquera d’articuler votre bouche et votre langue de manière qu’ils n’ont probablement jamais fait auparavant, développer des muscles différents et avoir un peu mal à fin de l’exercice (un mal pour un bien). Beaucoup d’apprenants ont le sentiment qu’ils n’ont pas besoin de telles bases, mais ce qui arrive après, c’est qu’ils parlent toujours avec un ton faible, prononçant toujours des mots thaïs avec un accent, ce qui peut nuire à la communication.
Apprendre à prononcer les phonèmes développe également correctement votre vocabulaire d’écoute. Lorsque vous savez comment le son est supposé être, vous serez d’autant plus capable de l’entendre lorsque des locuteurs natifs vous parleront. Prendre le temps de se familiariser avec les bases phonémiques peut sembler fastidieux, mais cela apportera des résultats positifs.
 

2. Apprenez à lire

Pour apprendre à lire le thaï, il faut apprendre les quarante-quatre consonnes, les vingt-huit formes de voyelles et les quatre marqueurs de ton. J’ai l’impression que la majorité des expatriés ne s’intéressent pas à cela non plus, mais la première étape difficile à faire pour apprendre les lettres est minime par rapport aux avantages d’être alphabétisé en Thaïlande. Savoir lire a fait la différence dans ma capacité à parler thaï et a eu un impact important sur mon expérience globale dans le pays.
Apprendre à lire l’écriture thaïlandaise a été un atout majeur pour approfondir mon vocabulaire. Chaque fois que j’entends un nouveau mot dans une langue étrangère, je l’oublie dans la minute qui suit, à moins que je ne l’écrive. En thaï, écrire les mots dans l’alphabet romain sera toujours une sorte d’approximation de ce que le mot est censé être. Je faisais cela quand je suis arrivé en Thaïlande, avant de pouvoir lire et écrire, et je me retrouvais toujours à regarder mon calepin quelques jours plus tard, sans savoir comment prononcer les mots ou même me relire (est-ce un k aspiré ou non? Un ton montant ou descendant? etc.) Si vous écrivez les mots avec l’alphabet thaï, il n’y aura aucune question quant à la nature des prononciations et des tons appropriés des mots, car l’écriture thaïe comprend ces différentes informations. Être capable de lire vous permettra également d’utiliser un dictionnaire thaïlandais français, indispensable pour tout étudiant sérieux.
 

3. Passer du temps avec les Thaïlandais

Comme dans toute langue, la langue parlée familière est souvent très différente de la langue standard, que vous pouvez apprendre dans un cours de langue ou dans les journaux, etc. Le thaï parlé est complètement contextuel, sans temps des verbes ni conjugaison, et souvent la signification de ce qui est dit est indiquée par l’ordre des mots ou le ton ou encore par les particules placées à la fin des phrases pour indiquer une question, une commande, un renforcement ou une atténuation.
On m’a souvent dit que je parlais comme un robot extrêmement poli (à cause d’une étude avec les manuels) jusqu’à ce que je commence à me faire des amis thaïlandais, à sortir avec eux et à apprendre à parler plus naturellement. Trouver un interlocuteur est un bon conseil pour apprendre n’importe quelle langue et en Thaïlande, il est facile de trouver quelqu’un qui acceptera de s’asseoir seul avec vous, parlant peut-être une demi-heure de français ou autres en échange d’une demi-heure de thaï avec vous. Ne vous découragez pas non plus avec les premiers candidats qui ne continueront pas pour diverse raison, n’abandonnez pas, vous trouverez très vite des autres partenaires de conversation.
Pourquoi ne pas allez visiter les campus des universités de Bangkok (par exemple) et de publier une annonce ou tout simplement d’entamer des conversations avec les étudiants. Vous trouverez des Thaïlandais brillants, sympathiques et motivés. C’est sur un campus universitaire que j’ai rencontré mon interlocuteur qui est devenu mon ami par après.

4. Regardez des vidéos en thaï

Pour une raison quelconque, la majorité des vidéos de musique thaïlandaise ont les paroles qui défilent style karaoké au bas de l’écran pendant que la chanson est chantée. C’est une valeur immense pour l’apprenant en langues, car nous pouvons lire avec les yeux ce que nous ne pourrions peut-être pas saisir avec l’oreille.
Regarder des vidéos de musique et écouter des chansons peut construire le vocabulaire de façon amusant et facile. Tout en vous entraînant à l’écoute. En prime, savoir chanter des chansons pop thaïlandaises actuelles vous rendra incroyablement populaire, car chez les étrangers (farangs), il y a peu de personnes qui peuvent le faire.
 
 

5. Lire le thaï sur les réseaux sociaux

Cela peut sembler idiot, mais j’ai appris beaucoup de mots ou d’expressions et de langage familier en essayant de déchiffrer les divers commentaires et mises à jour de statut qui apparaissent chaque jour sur mon fil d’information. Chaque fois que je peux comprendre ou au moins obtenir l’essentiel d’un message sur un mur ou d’un commentaire sur une photo, j’en profite, également de laisser un commentaire. Le plus souvent, mon écriture contient des erreurs que certains de mes amis thaïlandais corrigent ensuite gracieusement pour moi (me donnant ainsi une leçon gratuite d’écriture thaïe^^).
 

6. Passez du temps en dehors des sites touristiques

Passez du temps à faire du bénévolat ou à travailler dans un endroit où tout le monde ne parle que le thaï et vous améliorerait grandement votre niveau en peu de temps et peu d’effort.
Selon l’endroit où vous vous rendez dans le nord ou le sud de la Thaïlande, vous pourrez éventuellement apprendre certains dialectes locaux, qui ressemblent parfois peu au thaï standard parlé à Bangkok et enseigné en classe. Par exemple, l’Isan, parlé dans le Nord-Est, qui est plus proche du lao que du thaï standard et est souvent incompréhensible des farangs et des Thaïlandais… à moins que vous n’y ayez passé du temps là-bas.
 

Enfin, croyez en vous et en vos capacités

Lorsque vous serez en Thaïlande, on vous demandera d’où « venez-vous et quel âge avez-vous? », tellement de fois que cela peut devenir lassant, parfois. Mais garder en tête que si « je réponds simplement poliment aux questions des gens et leur dis au revoir tout de suite, pour me rendre compte plus tard que j’ai raté l’occasion de pratiquer mon thaï ».
Profiter d’une opportunité de poser de nouvelles questions et essayer de nouveaux mots et expressions est un plus dans votre apprentissage de la langue et dans sa maîtrise.
D’après mon expérience d’apprentissage du thaï, je pense que mon succès est dû à ma persévérance obstinée malgré les cris généralisés d ‘«Impossible!» Plutôt qu’à toute capacité inhérente que j’aurai avec les langues. Je pense qu’il est possible pour tout le monde d’apprendre le thaï et de l’apprendre bien, à condition que vous soyez prêt à y travailler et que vous ayez une forte envie d’approfondir la compréhension de la langue thaïe et de la culture de la Thaïlande.
 

Passionné en langues asiatiques, j'ai éprouvé beaucoup de difficulté à apprendre ces langues via le français. Une information manquante ou tout simplement inexistante en français, j'ai envie de corriger la donne et vous donner l'occasion d'évoluer avec le japonais, le coréen, le chinois et le thaï. Et peut-être un jour une autre langue...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here