Comment apprendre les cinq tons thaïs?

Comment apprendre les cinq tons thaïs?

Les cinq tons du thaï sont intimidants, mais leur apprentissage est un élément essentiel dans l’acquisition de la langue. La clé du succès ? Pratiquer, être attentif, ne pas se précipiter et ne pas hésiter à tenter votre intonation.

 

Comment apprendre les tons thaïlandais?

Il y existe 3 groupes de lettres et chacune de ces lettres a une règle différente. Pour réussir au mieux le défi qui vous attend, c’est de d’abord, pratiquez les tons avec les 7 consonnes moyennes qui sont les plus courantes.
Une fois que vous maîtrisez les règles de la classe moyenne, continuer avec les consonnes hautes.
Lorsque vous êtes à l’aise avec les règles de la classe haute, passez quelques jours à élaborer les tons des mots de la classe moyenne et de la classe haute mélangée.
Lorsque vous pouvez comprendre rapidement le ton d’un mot de classe moyenne ou haute, il est temps d’apprendre les règles des consonnes basses. Ces règles sont les plus complexes et il vaut mieux les apprendre à la fin.
Une fois que vous connaissez toutes ces règles, continuez à les appliquer quelques minutes par jour jusqu’à ce que cela devienne automatique.

Voir l’alphabet des consonnes par niveau

 

Les différents tons

ton
tonalité
exemple
transcription
bas
(-่)
ก่า
khàa
descendant
 (-้)
ก้า
khâa
moyen
กา
khaa
haut
(-๊)
ก๊า
kháa
montant
 (-๋)
ก๋า
khăa

Pour obtenir la syllabe c’est ก + ่ + า

 

Un peu de vocabulaire

ton                เสียง (sīeng)
ton moyen       เสียงสามัญ (sīeng sāman)
ton bas            เสียงเอก (sīeng-ēk) (-่)
ton descendant      เสียงโท (sīeng-thō) (-้)
ton haut         เสียงตรี (sīeng-trī) (-๊)
ton montant    เสียงจัตวา (sīeng-jattawā) (-๋)

 

Pratique des tons thaïs

Prêt à voir si vous pouvez identifier le ton d’un mot? Ne vous inquiétez pas si vous ne l’obtenez pas tout de suite, cela prend du temps et demande de la pratique! N’hésitez pas à revoir la vidéo plusieurs fois.

Consonnes moyennes

Consonnes hautes

Consonnes basses

Comparer les tons thaïs

Lorsque vous commencez à apprendre la tonalité dans une langue, il peut s’avérer très difficile de faire la distinction entre différentes tonalités associées à des sons nouveaux pour vous. Cela rend tout beaucoup plus difficile que nécessaire, de la sorte que j’ai toujours préconisé de prononcer les différents tons en utilisant des mots de ma propre langue. Cela aide énormément, car vous associez une nouvelle chose (en ajoutant du sens au ton) à une chose que vous connaissez déjà parfaitement (les mots en français). Après ceux qui auront une oreille plus musicale pourront distinguer les sons différemment sans être inefficaces.

Afficher l’émotion dans une langue tonale?

Vous vous demanderez à un moment donné comment vous pouvez montrer des émotions dans une langue lorsque l’intonation de chaque syllabe est déjà associée à une signification. Les langues tonales utilisent généralement des petits mots, appelées particules (par exemple: นะ (na) particule finale d’insistance ou d’impératif atténué: « voulez-vous? » ) pour ajouter aux phrases une émotion qui est parfois plus parlante que l’émotion de l’intonation.

La maîtrise de ces particules peut prendre du temps, car beaucoup d’entre elles ont tendance à avoir plusieurs utilisations et je vous recommande d’essayer de les comprendre plutôt que d’essayer de leur attribuer un sens concret dans votre esprit.
Pour ce faire, comme pour beaucoup de mots ou façons de s’exprimer difficilement traduisible commencez par regarder des exemples de phrases, puis observez comment les locuteurs natifs l’utilisent au quotidien et tentez ensuite de les utiliser tel un natif. Faites également toujours attention aux réactions des gens. Les Thaïlandais ne vous diront probablement pas quand vous dites quelque chose de mal, mais ils risquent de se crisper ou de faire la grimace si vous dites quelque chose de bizarre.

 

Conclusion

C’est une idée fausse très répandue que de dire qu’une tonalité mal prononcée va créer une signification différente. Même si je ne vais pas dire que ce n’est tout à fait impossible, les chances que cela se produise sont si faibles que vous ne devriez pas perdre de temps à vous en préoccuper. En général, ce n’est pas la fin du monde si vous bousillez un ton ou deux. Faire tout correctement cela aide beaucoup, mais ce n’est pas grave de ne pas tout maîtriser à la perfection lorsque vous vous exprimez à l’oral.
Si vous dites une phrase entière parfaitement et que vous écrasiez la dernière syllabe, cela se remarquera. De nombreux apprenants ont tendance à dire les choses plus vite dans l’espoir que personne ne l’entendra, mais cela ne nous aide pas à nous améliorer. Jusqu’à ce que vous soyez bon en prononciation, ralentissez un peu. Pourquoi vouloir se précipiter?

 

 


 

Passionné en langues asiatiques, j'ai éprouvé beaucoup de difficultés à apprendre ces langues via le français. Une information manquante ou tout simplement inexistante en français, j'ai envie de corriger la donne et vous donner l'occasion d'évoluer avec les langues asiatiques dont le japonais, le coréen, le chinois et le thaï. Et peut-être un jour une autre langue...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here