Qu’est-ce que la vague coréenne ou hallyu ?

Qu’est-ce que la vague coréenne ou hallyu ?

Ces dernières années la Corée du Sud est de plus en plus populaire, que ce soit les chanteurs comme Psy ou les BTS ou les séries coréennes comme récemment Squid Game ou encore dans l’industrie du film avec Parasite. Une vague coréenne envahit notre quotidien à travers diverses choses et divertissement culturel. Voyons comme cela a commencé et voyons comment cela évolue. Découvrez qu’est-ce que la vague coréenne ou hallyu ?

 

Qu’est-ce que la vague coréenne ou hallyu ?

 

Le hallyu ( 한루 ) ou la vague coréenne, est un terme qui fait référence à la popularité croissante du divertissement, de la culture, de la nourriture et de la langue coréenne dans d’autres pays du monde, notamment depuis plusieurs années avant en Asie de l’Est et du Sud-Est.

 

Le tournant du changement?

L’un des facteurs probablement le plus important qui a finalement cédé la place à la popularité du Hallyu est cette décision du gouvernement coréen au début des années 90 de lever l’interdiction des voyages à l’étranger pour les Coréens. Cela a permis à un certain nombre de Coréens d’explorer le monde occidental, principalement l’Europe et les États-Unis. Beaucoup ont poursuivi leurs études dans ces pays et d’autres ont commencé leur carrière dans des entreprises réputées en Europe et aux États-Unis avant de retourner en Corée à la fin des années 90. Ces Coréens formés à l’occidentale ont apporté avec eux de nouvelles perspectives de faire des affaires, de nouvelles subtilités et interprétations de l’art, du cinéma et de la musique et des formes d’expression innovantes. Cela a donné naissance à un immense vivier de talents frais, jeunes et hautement qualifiés qui attendent d’explorer des opportunités en Corée.

 

La magie des dramas

La vague coréenne remonte donc aux années 1990, lorsque le public chinois, japonais et taïwanais a été exposé pour la première fois aux dramas sud-coréens. Les dramas coréens, prononcés comme durama ( 드라마 ) en coréen, sont essentiellement des feuilletons qui durent environ trois mois de diffusion télévisée avec une vingtaine d’épisodes environ. Les dramas coréens sont connus pour contenir des intrigues très addictives. Par exemple, des histoires d’amour non partagé, les bons contre les mauvais, ont attiré de nombreux fans d’Asie de l’Est.
Chose intéressante, les dramas coréens sont également devenus populaires dans les pays du Moyen-Orient comme l’Iran. Avec des dramas coréens axés sur les valeurs familiales et dépourvues de contenu sexuel, le public du Moyen-Orient a pu s’identifier à certains des personnages des dramas. L’un des plus populaires de ces dramas s’appelle Jewel in the Palace (Le Joyau du palais) ou dae jang gum ( 대장금 ). Des dramas comme dae jang gum ( 대장금 ) ont suscité un intérêt sans précédent pour la culture coréenne et mis la Corée du Sud sur la « carte ».

 

On danse sur la musique coréenne

Avec l’exportation des dramas coréens, la musique coréenne a suivi en popularité. Des groupes de garçons aux danses flashy et aux rythmes entraînants ont rapidement conquis le public féminin. Le plus connu de ces boys bands était d’abord TVXQ dong bang shin ki ( 동방신기 ) un groupe de cinq membres composé de chansons allant du hip hop à des chansons plus pop. Mais maintenant qui ne connait pas les BTS avec leur army de fan à travers le monde dansant sur des musiques pop et RnB. De plus, les artistes solos comme la Rain prononcé pi ( 비 ) en coréen, et Boa ( 보아 ) sont monté en haut des palmarès de la musique et des concerts dans des pays comme le Japon.

 

Un soutien continu du gouvernement

La Corée est probablement l’un des seuls pays au monde à avoir un ministère de la Culture (ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme pour être exact). Une division du ministère, avec la Division de l’industrie de la culture populaire, se concentrant sur la musique pop coréenne, la mode, le divertissement de masse, les bandes dessinées, les dessins animés et d’autres produits clés. La division ainsi que trois autres divisions sont appelées le Bureau du contenu culturel. Son budget est de 5 milliards d’euros dans le but de stimuler la croissance économique, notamment en développant l’industrie d’exportation de l’industrie culturelle du pays. En outre, le gouvernement coréen parraine 20 à 30 % d’un fonds d’investissement d’un milliard d’euros destiné à nourrir et à exporter la culture populaire. Les fonds restants proviennent de banques d’investissement et de sociétés privées et sont gérés par la KVIC (Korean Venture Investment Corporation).

L’une des stratégies de gestion de Hallyu est l’étude minutieuse de son public cible, principalement des habitants des pays asiatiques. Le gouvernement coréen et ses divisions suivent de près ces pays et cultures asiatiques pour comprendre quels produits « Korean Wave » (produit coréen à la mode) auraient les meilleures chances de succès sur différents marchés. Le secret est que personne ne comprend mieux ces marchés que la Corée. Le gouvernement coréen a également été très actif dans la gestion du Hallyu en dehors de la Corée en organisant différents festivals culturels présentant les offres coréennes, en menant des campagnes de relations publiques pour faire connaître le caractère unique de la Corée et en aidant indirectement l’industrie du divertissement en créant un environnement très propice. En août 2020, le Service coréen de la culture et de l’information avait mis en place 32 centres culturels coréens dans 28 pays d’Afrique, d’Asie-Pacifique, d’Europe et d’Amérique pour promouvoir le Hallyu.

 

Un intérêt accru pour le tourisme coréen

L’industrie du divertissement a été très proactive en prenant le pouls des masses et en produisant des films et des dramas attrayants. L’Organisation coréenne du tourisme (KTO) a tiré le meilleur parti de cet énorme intérêt pour la Corée en proposant des forfaits touristiques très attractifs aux touristes. Ces forfaits comprennent des voyages dans des lieux rendus célèbres par les dramas coréens, des voyages vers des lieux de tournage exclusifs, etc.
Le gouvernement coréen a également construit et ouvert la « K-Culture Valley » à Goyang (고양), un parc de loisirs inspiré de Hallyu qui abriterait tout, des studios de cinéma, des restaurants coréens, des concerts de musique en direct aux galeries de cinéma, des hôtels, des centres commerciaux vendant des produits de célébrités coréennes et même un parc de loisirs coréen d’un coût de 1 milliard de euros. Le but de ce parc de loisirs a été de mettre en un seul endroit toutes les composantes intéressantes de Hallyu pour les visiteurs.

 

Mot de fin

La vague coréenne a atteint trois buts pour la Corée du Sud. Premièrement, il a cimenté la présence de la Corée du Sud historiquement, sur la scène mondiale. Le Japon et la Chine ne sont plus les seuls pays à dominer l’Asie socio-politiquement et économiquement. Pour la première fois, la Corée du Sud est devenue un concurrent sérieux pour défier les bastions chinois et japonais en Asie. Deuxièmement, l’économie sud-coréenne a prospéré grâce à l’exportation de produits coréens. De plus en plus de gens voulent porter des vêtements coréens et manger de la nourriture coréenne tout en regardant et en écoutant de la musique et des dramas coréens. Avec l’augmentation des exportations sud-coréennes, la Corée a également accru sa présence commerciale dans le monde.

Alors, ne soyez pas surpris de voir la Corée du Sud dans les médias plus souvent ou des produits coréens dans les supermarchés… Allez préparons notre kimchi pour l’hiver.

Si vous voulez apprendre le coréen, vous êtes au bon endroit, découvrez vite le kit de démarrage. Cliquez ici

 


 

Passionné en langues asiatiques, j'ai éprouvé beaucoup de difficultés à apprendre ces langues via le français. Une information manquante ou tout simplement inexistante en français, j'ai envie de corriger la donne et vous donner l'occasion d'évoluer avec les langues asiatiques dont le japonais, le coréen, le chinois et le thaï. Et peut-être un jour une autre langue...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here