Est-ce que c’est dur d’apprendre le japonais?

Est-ce que c’est dur d’apprendre le japonais?

 

Si vous avez déjà dit à quelqu’un que vous étudiez le japonais, vous avez probablement entendu une chose plus de fois que vous ne pouvez compter …
« Le japonais n’est-il pas l’une des langues les plus difficiles à apprendre? »
La famille des langues d’Asie de l’Est a la réputation d’être un véritable défi tant pour les nouveaux étudiants que pour les vétérans.
Mais est-ce vraiment le cas? Est-ce que c’est dur d’apprendre le japonais?
Dans cet article, je vais tenter de répondre à cette question!
Vous découvrirez que même si le japonais comporte un ensemble de défis (comme toute nouvelle langue), il est en fait plus facile d’apprendre le japonais que vous ne le pensez!

 

Est-ce que c’est dur d’apprendre le japonais?

 

Qu’est-ce qui donne au japonais sa réputation intimidante?
On ne peut nier que le japonais (et le chinois) est largement considéré comme l’une des langues les plus difficiles à apprendre pour les francophones. Mais pourquoi est-ce le cas?
Quelles parties du japonais intimident autant les gens?
Il y a trois aspects principaux du japonais qui rendent les apprenants nerveux et donnent à la langue sa réputation difficile: l’ordre des mots,
le keigo (la politesse) et les kanji. Voyons tout cela ensemble.

Ordre des mots japonais

Beaucoup de gens sont déconcertés quand ils entendent que le japonais met ses verbes à la fin d’une phrase.
«Je fais du shopping». (en français)
« shopping faire » (en japonais)
Hein…? Ça n’a aucun sens! S’il est vrai que parler de cette façon demande du temps pour s’y habituer, j’ai de bonnes nouvelles pour vous…
C’est cohérent . Le japonais est très régulier dans la construction de la phrase avec le verbe à la fin. Voulez-vous conclure une phrase? Tenez-vous simplement sur un verbe et tout sera fini.Est-ce que c’est dur d’apprendre le japonais?

En général, il faut environ deux semaines de pratique du japonais avant de ne plus rester conscient de déplacer le verbe jusqu’à la fin.
Mais cela deviendra très vite naturel. Votre cerveau est très doué pour automatiser ce genre de choses. Donc, l’ordre des mots en japonais devient fondamentalement plus un problème dans un laps de temps relativement court.

Et avoir des verbes à la fin d’une phrase en japonais facilite en fait certaines choses, comme poser des questions. Tout ce que vous avez à faire, est d’ajouter la particule « ka » à la fin d’une phrase . Facile!

Mais malgré tout, le japonais a certains aspects qui le rendent difficile. Mais si vous considérez à quel point le japonais est difficile à apprendre, rappelez-vous que, comme pour toute autre langue, vous trouverez certaines parties du japonais qui sont difficiles, mais il y en a d’autres qui sont assez faciles! Jetons un coup d’œil à quelques-uns d’entre eux:

Phonétique japonaise

L’approche sur la phonétique en japonais est facile. La majorité des sons existent en français. Le plus gros challenge sera avec le sh et le ch, qu’il faudra un peu prononcer différemment. Tous les sons japonais (sauf n) se terminent par une voyelle, ce qui les rend faciles à enchaîner, même pour les locuteurs non natifs.
De même, il n’y a pas de variété de prononciations comme il y en a en français (pensez dernières lettres des mots que nous ne prononçons pas. Cela représente un son complètement différent!).

Si vous voyez un mot japonais, vous serez certainement en mesure de le prononcer correctement. Et vous pourrez probablement le faire rapidement, car les syllabes en elles-mêmes sont toutes des sons simples.
Par exemple, si vous regardez le mot «taberareru», vous verrez qu’il est assez long, mais si vous essayez de le prononcer lentement, vous pouvez voir que ce n’est pas particulièrement difficile.
« ta be ra re ru ».
Cela fonctionne bien grâce à la division des sons par syllabe.

 

Le japonais n’a pas de genres ni d’articles

Vous n’avez pas à vous rappeler quels mots sont féminins ou masculins.
Vous n’avez pas à modifier la fin du mot parce qu’il est au pluriel… Les mots ne changent pas de forme s’ils sont au pluriel ou au singulier. Les différentes formes de conjugaison également ne changent pas selon leur pronom. C’est même d’une facilité déconcertante.
Donc, si vous avez déjà eu du mal à utiliser ou non «a» ou «an» avec un mot spécifique lors de l’apprentissage de l’anglais, n’ayez crainte – le japonais est là, mais les articles eux ne le sont pas!

Est-ce que c’est dur d’apprendre le japonais?

Le système de politesse: Keigo

Le japonais est connu pour être une langue très polie, et ce n’est pas une affirmation sans fondement.
Apprendre à comprendre la culture japonaise est une partie importante de l’apprentissage de la langue et le keigo – le système de politesse japonais – en est une partie importante de la langue.
Si vous voulez parler à des gens inconnus ou bien qui vous sont «supérieurs» à vous (par exemple: enseignants, fonctionnaires, chef, patron), alors le «discours honorifique» (appelé keigo ) est très utile.

Avec le keigo , vous faites deux choses:
D’une part, vous vous humiliez (humblement) pour minimiser vos actions ou vos pensées. Et d’un autre côté, vous élevez la personne qui vous surclasse, en louant ses actions et ses pensées.
Ces deux choses se produisent en même temps à travers les mots que vous utilisez et la façon dont vous conjuguez vos verbes japonais .
Certains mots (comme taberu [manger]) changent entièrement en keigo (en meshiagaru ou itadakimasu ), vous avez donc également un nouveau vocabulaire à apprendre.
Il est essentiel que vous ne changiez pas les choses et que vous finissiez par vous féliciter accidentellement et à être humble avec votre public! C’est l’une des choses des plus grossières que vous puissiez faire au Japon! Parlez de façon impolie.

Alors, y a-t-il une bonne nouvelle à connaître ici? Bien sûr!

Les règles du keigo ne changent jamais et elles sont construites sur des bases japonaises très anciennes que vous apprendrez après quelques semaines d’études de japonais. (Car la majorité des méthodes commencent plus au moins par ce système de politesse, ce qui rend la transition vers la version moins/plus polie plus facile).
Bien sûr, vous devrez apprendre de nouvelles façons d’appliquer ce que vous savez déjà, mais c’est juste cela. Ce sont surtout des choses que vous avez déjà apprises!

Et, au fait, avez-vous remarqué que vous connaissiez inconsciemment déjà ces mots? (itadakimasu, yorishiku oneigaishimasu…)
Le keigo n’a rien de nouveau. C’est juste une façon de pimenter un peu les choses.
Si vous ne connaissez pas ces mots, ça va aussi! Vous les apprendrez avec le temps. Le point clé à retenir ici est que bien que le keigo puisse sembler intimidant, il est en fait largement basé sur des choses que vous savez déjà ou que vous apprenez de toute façon!

 

Kanji: caractères chinois

Si vous êtes de langue maternelle française et que vous apprenez l’anglais, l’espagnol, l’allemand, l’italien ou l’une des nombreuses autres langues, vous possédez une chose à vous dès le départ: vous pouvez écrire et lire toutes les lettres! Toutes ces langues partagent le même alphabet latin, bien qu’elles l’utilisent pour créer des mots différents qui ont des règles d’orthographe et de prononciation différentes.
Ce n’est pas le cas avec le japonais… Si vous voulez apprendre le japonais, vous devez partir des bases et apprendre le système d’écriture japonais afin de pouvoir lire en japonais. Mais voici le problème…
Le japonais a des dizaines de milliers de «lettres»! Comment diable pourriez-vous tous les mémoriser?

La bonne nouvelle est que ce n’est pas aussi effrayant que cela puisse paraître au début. Pour commencer, alors qu’il existe des dizaines de milliers de caractères, le japonais ne compte qu’environ 2 100 kanji (caractères chinois) qui sont considérés comme «d’usage courant» (également appelés jouyou kanji ). Ce sont ceux que les enfants japonais apprennent à l’école. Si vous pouvez apprendre et utiliser ces kanji, vous avez atteint un niveau standard d’alphabétisation japonaise.
«D’accord, donc je n’ai qu’à mémoriser 2 100 kanji. Génial. Mais le français n’a encore que 26 lettres. »
Cependant, ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que ces 2100 kanji ne sont pas tous uniques. En fait, si vous ne connaissez que quelques kanji vraiment importants, vous pouvez commencer à construire le reste!

Jetons un coup d’œil au mot taberu – vous savez, le verbe que j’ai déjà utilisé tout au long de cet article -manger-. Si vous n’avez étudié que quelques joyou kanji , vous savez déjà que 食「shoku」signifie «repas». En ajoutant べる en hiragana vous obtenez 食べる「taberu」manger.
C’est comme si, nous n’avions pas besoin d’apprendre le mot « manger » après tout, car il est possible de créer différents mots par rapport à la signification du kanji. Le japonais vous donne de nombreux conseils sur la façon d’assembler un kanji, et les kanji sont constitués de pièces qui sont souvent répétées et réutilisées.
Donc, ces 2100 kanji jouyou ne sont pas un problème aussi grave que vous auriez pu le supposer. Qui plus est, c’est un excellent jeu pour votre mémoire et une grande aide à la compréhension de texte.

 

Est-ce que c’est dur d’apprendre le japonais?

Alors, est-ce que c’est dur d’apprendre le japonais?

En un mot… Oui .
N’importe quelle langue va prendre du temps et des efforts à apprendre, et le japonais en particulier présent plus de défis à un francophone que de nombreuses autres langues. Cependant, comme vous l’avez vu dans cet article, même les aspects les plus «difficiles» du japonais sont beaucoup plus simples qu’ils ne le paraissent au départ.

Il s’agit moins de dire que le japonais est dur, mais plutôt d’être différent du français. Et cela signifie, qu’en tant que francophone, il vous faudra simplement un peu de temps supplémentaires pour apprendre et vous habituer aux sons, structures et vocabulaire particuliers du japonais.
Mais, si vous êtes vraiment motivé pour apprendre le japonais, vous trouverez cela difficile, mais amusant! Et le résultat en vaut largement la chandelle!

 

 

Si vous voulez apprendre le japonais seul, je vous invite à lire
Comment apprendre le japonais seul – 5 choses à savoir

 


 

Passionné en langues asiatiques, j'ai éprouvé beaucoup de difficulté à apprendre ces langues via le français. Une information manquante ou tout simplement inexistante en français, j'ai envie de corriger la donne et vous donner l'occasion d'évoluer avec le japonais, le coréen, le chinois et le thaï. Et peut-être un jour une autre langue...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here