Les 5 erreurs du débutant en langue

 

– Débuter l’apprentissage d’une langue n’est pas toujours évident surtout si l’écriture est différente. Sans bonne méthode, on arrive vite au stade de la non-évolution. J’aimerais vous faire part des erreurs à éviter lorsque l’on apprend une langue.

 

Ne pas étudier régulièrement

Une langue ne s’apprend pas comme une formule de math ou un simple fait d’histoire. Cela demande une répétition régulière qui après effort pourra donner les résultats souhaités.

 

Apprendre d’une autre langue

Personnellement j’ai appris toutes les langues via ma langue maternelle qui est le français. Apprendre via l’anglais par exemple est totalement superflu et ne fait qu’augmenter le nombre d’informations à mémoriser. De bons livres et de bonnes méthodes existent en français ne vous compliquez pas la vie.

les 5 erreurs du débutant

 

Ne pas prendre le temps de revoir

Oublier est l’une des choses que l’on fait très facilement, la plupart du temps on ne s’en rend même pas compte. Des révisions régulières sont importantes pour ne plus oublier afin que l’on s’habitue à la langue.

 

Faire des pauses pendant les vacances

L’étude d’une langue ne doit pas être une simple formalité scolaire, cela doit être un devoir régulier voir au quotidien. Les longues périodes de pause dites vacances sont un bon moyen d’oublier tout l’effort fourni durant la période d’étude. Cette période serait plus propice à une révision des bases pour une amélioration de ces dernières ou encore une révision complète de toute la matière apprise.

 

Se poser des questions

Beaucoup ne seront pas d’accord avec moi, mais se poser des questions à chaque fois est totalement inutile. Cela ne fait que retarder l’apprentissage et cela mène souvent à un abandon de l’étude. Le bon moment pour se poser des questions est plutôt à partir du niveau intermédiaire.

 

Pensez-vous que ses conseils pourraient vous aider à apprendre plus vite ?

 

 

 

〜〜〜〜〜〜〜〜〜

Retrouvez plusieurs conseil pour apprendre par soi-même une langue… Lire la suite

PARTAGER
Fasciné par les langues asiatiques, je partage avec vous ma passion à travers divers contenus pouvant, je l'espère, vous aider dans votre propre apprentissage.

11 COMMENTAIRES

  1. Je suis d’accord sur les erreurs que tu as listées, particulièrement sur la dernière. Beaucoup de gens cherchent à décortiquer la langue qu’ils apprennent, sans doute pour se rassurer mais j’ai l’impression que cela ne fait qu’ajouter à la confusion. Il faut bien se dire que plus on avance, plus on sera amené à se dire « Ah ouais, je comprends maintenant pourquoi c’est comme ça ».

    Par contre, je trouve que les méthodes disponibles en français pour l’apprentissage du japonais sont de moindre qualité « communicative » que celles disponible en anglais. Si les méthodes en français permettent indubitablement d’acquérir une solide connaissance grammaticale, il n’en est pas de même pour la capacité à s’exprimer, à l’oral ou à l’écrit. On reste selon moi sur des principes didactiques datés. Mais je veux croire qu’un jour on aura d’aussi bonnes méthodes que les anglos.

    Pour conclure, j’ajouterai deux autres erreurs fréquentes :
    1) Se comparer aux autres : chacun apprend à son rythme, et celui qui démarre sur les chapeaux de roues n’est pas forcément celui qui se rendra le plus loin.
    2) Le mot à mot : traduire mot à mot ne sert à rien, car la réalité entre les deux langues est différente et certains mots n’ont tout simplement pas d’équivalent en français. Il est préférable, au niveau débutant et début intermédiaire, de bien comprendre le principe, l’idée générale d’un mot ou d’une expression que de perdre son temps à trouver une traduction qui ne nous aidera pas plus à comprendre.

    • Avec un échange, il est tout aussi facile de s’acquérir la partie communication. Mais le gros point noir des francophones, c’est qu’ils vont favoriser la langue anglaise lorsqu’ils voyagent, d’où la perte d’intérêt de créer de bonne méthode francophone. Ne parlons pas anglais, parlons français !!!

      Merci pour les erreurs supplémentaires.

  2. Il faut être réaliste, la majorité des livres ou sites internet sont en anglais. Pour avoir quelques bases en japonais j’ai réussi à trouver quelques références en français mais par la suite (par exemple le JLPT) il n’y a plus que des méthodes anglophones (raison de plus pour me remettre à l’anglais). Plus on veut apprendre des choses d’un niveau avancé et plus les ressources en français se font rares.

    • C’est vrai, d’où le problème d’une langue française qui est en train mourir… Mais qui dit, anglais ne dit pas non plus qualité, il est vrai qu’il y a de nombreuses méthodes en anglais, mais beaucoup sont mauvaises. Les meilleurs sont tout aussi rares ^^.

      Concernant le JLPT, ce n’est qu’une révision de tes connaissances, logiquement un livre n’est pas spécialement nécessaire, mais si tu en as besoin, il y en a de très bons seulement en japonais. Avec un bon dictionnaire jp-fr, il est tout à fait possible de réviser le JLPT sans passer par l’anglais. Un autre point noir de l’anglais est que ce n’est pas une langue facile, contrairement à ce que l’on en pense, elle comporte beaucoup de nuances. Bête exemple « get » pourra se dire en français: tenir, avoir, tuer, arriver, se rendre, voyager, communiquer… Si l’on ne maîtrise pas très bien la langue anglaise, apprendre en niveau intermédiaire ou avancé est peine perdue.

      —————-
      Merci Paméla

      • Bah j’avoue que je ne suis pas bilingue en anglais mais j’ai quand même retenu quelques notions en cours ^^.
        Concernant le japonais, comprendre des structures grammaticales du JLPT 2 ou 1 sans avoir la moindre explication est un peu ardu. Je vois souvent pas mal d’exemples non traduits que j’essaye de traduire tant bien que mal et même si je trouve certains mots dans un dico ça ne veut pas forcément dire que les traduis ou les comprends parfaitement. Dans un dico je trouve les verbes(seulement à la forme du dico), les adjectifs, les noms, particules. Mais pour ce qui est des constructions grammaticales ( てはいられない /てばかりはいられな,ようにも…ない,…) faut s’accrocher.
        Et même trouver des différences entre des termes proches en apparence dans un dico est parfois difficile sans le moindre exemple pour confirmer ou réfuter ses impressions. On peut aussi se tromper en choisissant un terme plutôt utilisé à l’écrit ou à l’oral, archaïque, considéré comme soutenu ou trop famillier, vulgaire…

        En fait plus une langue est proche de la langue maternelle plus c’est facile d’y retrouver ( on doit normalement trouver plus facilement de bonnes ressources et des dicos comme ceux de Larousse en français). Par contre s’il s’agit d’une langue très différente comme une langue asiatique (coréen ou japonais par exemple) c’est moins évident, d’où ces erreurs de débutant.

        • Je me suis peut-être mal exprimé, mais il y a de très bons livres seulement en japonais qui expliquent la grammaire japonaise. Il ne faut pas oublier une chose essentielle, selon son niveau de connaissance, on peut aller très loin dans le vocabulaire en étant débutant ou intermédiaire, mais on ne peut pas s’avancer sur la grammaire sans avoir une base essentielle à connaître. La langue japonaise peut être frustrante au début, mais il ne faut pas brûler les étapes et tu verras par toi-même que ses règles de grammaire niveau JLPT 1 & 2 deviendront beaucoup plus simples avec le temps.

          Simple question, sais-tu décomposer la forme てはいられない/てばかりはいられない ?? Si cela n’est pas possible pour toi maintenant, c’est que tu ne maîtrises pas encore certaines bases, car cette forme grammaticale est un mixte de plusieurs règles de grammaire. Dans un château de cartes, on ne construira pas le sommet, si l’on n’a pas une base…

          Réponse : verbe + て ー 「ばかり」 ー は ー いる
          Sans te manquer de respect, je pense que tu n’as pas bien acquis la base de la grammaire japonaise, d’où toutes ces interrogations sur le niveau politesse, les verbes, etc.

          Après libre à toi d’utiliser des livres en anglais. Mais n’oublie pas même si les méthodes paraissent plus intéressantes, il n’y a pas spécialement plus d’anglophones qui parlent japonais ou coréen.

          Ne te décourage pas, persévère et ça paiera.

          • Oui je sais décomposer ces exemples, je voulais dire que les constructions grammaticales en général ne se trouvent pas aussi facilement que des mots simples comme des verbes, adjectifs ou noms . En revanche j’ai trouvé un ouvrage spécialement conçu qui les répertorie avec quelques exemples.

  3. Mince,en clair dans la plupart des dicos JP je peux trouver もしも、新しい、便利、学生.、食べる、食う、必要 etc avec pour seules infos :

    -une (ou plusieurs notamment pour les verbes comme en français) traduction(s)
    – la lecture de ces mots en hiragana
    et ça s’arrête là.
    En revanche il n’est pas question d’y voir figurer dedans ている、てある、てくれる….

    Par la suite, si je veux connaître la différence entre 聞くet 聴く, ou encore celle entre 見る 診る, 看る, et 観る je suis obligé de consulter les fils de discussion en japonais. Le dico seul ne suffit pas toujours. Tu vois ce que je veux dire ?

    • Je comprends oui. Mais dans les dictionnaires français aussi, nous n’avons pas de listes de verbes ou des règles de grammaire.

      Concernant les 聞く, 聴く,見る, 診る, 看る, et 観る ça tient souvent à très peu de choses. Il y a d’autres cas en japonais à privilégier auparavant. Tel que les expressions idiomatiques ou les mots comptant plusieurs sens.

      Savais-tu qu’en maîtrisant bien toute la grammaire de base, le plus gros de travail est alors effectué. Car pour la majorité des règles niveaux avancés, elles ne sont que des variantes des règles de base.

  4. Pas d’accord pour le fait de ne pas passer par l’anglais. Quelqu’un qui apprend le chinois est un bon linguiste et je crois que l’anglais est simplement du français mal prononcé. Je crois qu’il faut trouver… un maître ! ou des amis compétents. Aller très lentement au début, y passer un quart d’heure par demi journée. Comme des gammes ou de la gymnastique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here