La petite histoire de la langue vietnamienne

La petite histoire de la langue vietnamienne

Vous pouvez facilement deviner la langue parlée et écrite la plus courante au Vietnam. Oui, c’est tiếng Việt ou Việt Ngữ (vietnamien) !  Le Tiếng Việt est à la fois la langue nationale et officielle du Vietnam. C’est la langue majoritaire utilisée pour communiquer par plus de 97 millions de Vietnamiens au Vietnam, ainsi que par plus de 4 millions de Vietnamiens vivant à l’étranger. Le Tiếng Việt est la langue maternelle du peuple Kinh, l’ethnie majoritaire au Vietnam. C’est également la deuxième langue d’autres groupes ethniques minoritaires au Vietnam et la deuxième génération de Vietnamiens à l’étranger. Découvrez la petite histoire de la langue vietnamienne.

La petite histoire de la langue vietnamienne

Vous vous demandez peut-être comment est né le tiếng Việt. Il est difficile de le retracer, car au cours des siècles, il a été influencé par un certain nombre d’autres langues telles que le chinois, le muong, le thaï, le khmer, le portugais, le français et d’autres. Fondamentalement, le tiếng Việt appartient aux langues mon-khmer de la famille austro-asiatique. Il est monosyllabique et incorpore le langage tonal. Il existe de nombreux dialectes au Vietnam, mais les plus courants sont ceux du nord, du centre et du sud.

La petite histoire de la langue vietnamienne rail

Historiquement, le chữ Nôm 𡨸喃 (idéogrammes vietnamiens) était considéré comme la langue écrite vietnamienne. C’était une écriture vietnamienne inventée sur le modèle de la structure idéographique chinoise classique. Elle a été largement utilisé eentre le 15e-19e siècles par les élites vietnamiennes pour composer leurs œuvres littéraires. Pendant des milliers d’années, jusqu’au début du XXe siècle, les chữ Hán (idéogrammes chinois) ont été utilisés dans l’écriture formelle à des fins officielles, à l’exception d’une brève période sous la dynastie Hồ (1400-1407) et la dynastie Tây Sơn (1778- 1802).

La langue écrite nationale actuelle utilise le chữ Quốc Ngữ (l’alphabet vietnamien). Chữ Quốc Ngữ était basé sur les langues latines romanes, en particulier l’alphabet portugais, avec l’ajout de neuf accents (quatre pour créer des sons et cinq pour indiquer le ton). Alexandre de Rhodes et Francisco de Pina, Gaspar d’Amaral, Antonio Barbosa, Cristoforo Borri ont été parmi les premiers à faire progresser la romanisation de l’alphabet vietnamien.

Les Vietnamiens considèrent Alexandre de Rhodes (1591-1660), missionnaire jésuite et lexicographe avignonnais, qui a passé six ans au Vietnam comme missionnaire catholique (1624-1630) comme le « père » de Chữ Quốc Ngữ, en raison de sa publication du premier catéchiste vietnamien et du premier dictionnaire vietnamien-latin-portugais (Rome, 1651). Elle marqua la naissance du chữ Quốc Ngữ. En 1879, l’administration coloniale française du Vietnam a proclamé que le chữ Quốc Ngữ remplacerait le chữ Hán dans les documents officiels, mais l’application du changement n’a été promulguée qu’en 1910. En 1918, l’empereur  Khải Định a aboli le système d’écriture traditionnel du chữ Hán dans le système éducatif public. Cela a organisé un nouveau système éducatif enseignant le tiếng Việt comme première langue aux étudiants et le tiếng Pháp (français) comme deuxième langue en utilisant chữ Quốc Ngữ dans les écoles primaires.

Bien que le tiếng Việt soit une langue officielle et utilisée par 90 % de la population vietnamienne, il existe cinquante-quatre autres groupes ethniques reconnus au Vietnam. Par conséquent, il existe de nombreuses langues minoritaires parlées par les groupes minoritaires au Vietnam, notamment:

La petite histoire de la langue vietnamienne lac

  • Le Tieng Hoa (chinois), parlé par le groupe Hoa (chinois) à travers le pays, principalement dans le sud du Vietnam
  • Le Mường, parlé par le groupe Mường dans les régions montagneuses du nord.
  • Le Tày, parlé par le groupe Tày dans le nord-est du Vietnam près de la frontière chinoise.
  • Le H’Mông, parlé par le groupe Hmong dans les hauts plateaux.
  • Le Nùng, parlé par le groupe Nùng, principalement dans la partie nord du Vietnam, près de la frontière chinoise.
  • Le Cham, parlé par le groupe Cham. Le cham était la langue de l’ancien royaume du Champa situé au centre du Vietnam.
  • Et enfin le Khmer, parlé par le groupe Mon-Khmer dans le sud-ouest du Vietnam

 

Les principales langues étrangères enseignées dans les écoles vietnamiennes sont aujourd’hui l’anglais, le français, le chinois et le russe. De nos jours, l’anglais est la deuxième langue la plus courante et est largement enseigné à la jeune génération. Le français était la deuxième langue commune pour l’ancienne génération, puisque le Vietnam faisait partie de la colonie française d’Indochine. En raison des investissements commerciaux et des échanges commerciaux au Vietnam en provenance de Taïwan, de la Corée et du Japon, l’étude du chinois, du coréen et du japonais est également à la hausse.

J’espère qu’avec la petite histoire de la langue vietnamienne vous y voyez un peu plus clair dans la langue vietnamienne et ses origines. Bon apprentissage.

 

Apprendre les bases de la langue vietnamienne -> cliquez ici


 

Passionné en langues asiatiques, j'ai éprouvé beaucoup de difficultés à apprendre ces langues via le français. Une information manquante ou tout simplement inexistante en français, j'ai envie de corriger la donne et vous donner l'occasion d'évoluer avec les langues asiatiques dont le japonais, le coréen, le chinois et le thaï. Et peut-être un jour une autre langue...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here